LA QUATRIÈME PRODUCTION DE L’ÉCOLE DE THÉÂTRE DU CÉGEP DE SAINT-HYACINTHE

Saint-Hyacinthe, le 18 avril 2016 – L’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe est heureuse de vous convier au dernier spectacle de la saison 2015-2016, Les Criminels de Ferdinand Bruckner, une traduction de Laurent Muhleisen dans une mise en scène de Geneviève L. Blais.

Theodor Tagger, dit Ferdinand Bruckner, est né le 26 août 1891 à Sofia, d’un père autrichien d’origine juive et d’une mère française. Bruckner, en partie fondateur du théâtre moderne allemand, a mené une double carrière de directeur artistique et d’auteur de théâtre. Sa carrière d’auteur dramatique prend son envol en 1926 avec le texte Le Mal de la jeunesse, puis, en 1928, avec Les Criminels. Il écrira ce qui est considéré comme son chef‑d’œuvre en 1929, Élisabeth d’Angleterre. Ces textes font de lui l’un des dramaturges les plus célèbres d’Allemagne. Lorsque Hitler arrive au pouvoir, Bruckner choisit l’émigration. Il va alors aborder un militantisme antifasciste dans son œuvre écrite en exil (Les Races, Les libérés). Il revient en Allemagne après la guerre où il devient le dramaturge du Schiller Theater, à Berlin-Ouest. Il mourra à Berlin en 1958.

Dans un immeuble, à chacun des étages, Bruckner, avec Les Criminels, radiographie la société de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres où tout le monde est coupable. La pièce, où défile une rafale de saynètes, donne la parole à des personnages que tout pousse vers le crime et qui seront confrontés à une impitoyable machine judiciaire. Les Criminels fourmille d’intrigues mettant de l’avant maîtres et valets, jeunes et vieux, pauvres et riches. Amour, sexe et argent sont au centre de ce texte qui fouille la vie privée de chacun et où les plus faibles se verront accusés en justice, tandis que les vainqueurs réussiront à passer par les mailles du filet. Cette pièce brillante dresse un portrait implacable de l’Allemagne des années 20 et expose avec justesse le chaos des années à venir.

Geneviève L. Blais signe la mise en scène du spectacle. Tout de suite après sa formation en mise en scène à l’École nationale de théâtre, elle fonde en 2003 le Théâtre à corps perdus, animée du désir d’orchestrer des expériences théâtrales impressionnistes. Au sein de cette compagnie, elle conçoit et met en scène notamment, Quelques éclats de verre, Judith, l’adieu au corps et Himmelweg (chemin du ciel). Le théâtre est pour elle un espace de recherche et de rencontres. Elle cherche à approfondir son processus d’écriture scénique en suivant différents stages, notamment avec Ariane Mnouchkine à Paris, Anne Bogart à New York, et Jean-Guy Lecat, scénographe de Peter Brook.

Représentations

Du vendredi 6 au jeudi 12 mai 2016 à 20 heures (le dimanche à 16 h, relâche le lundi) à la salle Léon-Ringuet du Cégep de Saint-Hyacinthe – 3000, avenue Boullé.

Réservations

450 773-6800 ou 514 875-4445 (Rive-Sud et Montréal), poste 2408

Tarif

10 $ (5 $ sur présentation de la carte d’étudiant)                                          

 

– 30 –

 

Source :                      

Luce Pelletier
 Responsable de la coordination
Département d’Interprétation théâtrale
École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe
450 773-6800 ou 514 875-4445 (Rive-Sud et Montréal), poste 2519